Hysterical Literature : quand le plaisir de lire prend un tout nouveau sens

Assise à une table blanche sur fond noir, lunettes strictes et coiffure laquée impeccable, Stormy, qui respire le sang-froid dans sa sage blouse à pois, va vous lire un extrait de American Psycho. Jusqu’ici, il n’y a pas vraiment de quoi s’émouvoir. Du coup, pour pimenter son projet, l’artiste new-yorkais Clayton Cubitt a décidé de se concentrer sur ce qui se passe sous la table, et que l’on ne peut pas voir…

À savoir, le fait que, pendant tout ce temps, Stormy est stimulée à coup de vibromasseur calé entre ses cuisses. « Hysterical Literature », c’est donc bien exactement ce que vous pensez : la découverte du stade où une femme s’abandonne à l’hystérie de l’orgasme. Le moment où tout intérêt pour la littérature de Bret Easton Ellis disparaît, emporté par d’autres formes de plaisirs vieux comme le temps. C’est l’exploration de la dualité entre l’esprit et le corps, et de la puissance avec laquelle ce dernier est capable de prendre le contrôle du premier.

Cubitt a réalisé, pour le moment, douze sessions avec douze femmes issues de contextes différents ; il y en a pour tous les âges, tous les styles, toutes les origines. Et si le projet a eu un succès immense, c’est sûrement parce qu’en plus de s’intéresser au thème très contemporain qu’est la sexualité féminine, chaque session est un véritable délice des sens. Littérature, sensualité, érotisme : on est sûr que vous êtes déjà convaincus.

©Hysterical Literature
©Hysterical Literature

Retrouvez l’intégralité des sessions de Clayton Cubitt sur son site officiel.

Laisser un commentaire