L’interview de Félix Libris

Félix Libris est, depuis quinze ans, LA star internationale de la lecture à voix haute. Pour Superflu, il s’exprime pour la première fois sur le lien qui unit lecture à voix haute et littérature érotique.

felix_carreLa littérature érotique appartient au domaine de l’intime : n’est-il pas paradoxal d’en faire une lecture sur scène ?

F.L.: On pourrait penser que la littérature érotique n’est qu’affaire de sens : nous parlerons là d’une littérature, qui, au même titre que le porno sur YouTube, déverse des images censées nourrir le désir. Or, un bon texte érotique est subversif : le sexe est un thème abrasif, qui déplace la morale et enflamme les foules. Faire entrer la littérature érotique dans le spectacle vivant, c’est redonner au sexe sa place dans le débat public.

Le public est-il plutôt “ouvert” à ce genre de spectacle ?

F.L.: Mais oui ! Un bon livre érotique est bardé d’humour : quand vous racontez vos histoires à vos amis, vous sublimez le drôle, le gênant, le malhabile, le pétillant… De même, en littérature, vous trouverez des textes mettant en scène des religieux dans des postures inconvenantes (littérature libertine), des utilisations de sextoys imprévues, des couples aux idées farfelues… De quoi relativiser vos propres pratiques !

Devrait-on instaurer une limite d’âge pour des lectures publiques érotiques ?

F.L.: Tout à fait ! Il y a quelques années, Katsuni [ex-star du X] a été la marraine du festival Livres en Tête ; ses amis dans le X sont venus me voir après le spectacle pour me dire que les lectures étaient “vraiment trop trash”. Il y a des livres que l’on ne lit que d’une main et ceux-là ne sont pas à mettre entre toutes les mains… Et pourtant ! N’est-ce pas le délice de l’interdit qui nous poussera, toujours, vers le texte ?

Félix Libris se produit lors de ses Master Classes, conférences-spectacles sur la lecture à haute voix. Retrouvez toutes les informations sur son site officiel.

Propos recueillis par Morgane CUOC
À retrouver dans votre Superflu n°1

Laisser un commentaire