Interview avec Hervé Le Tellier

Photo: Mosco Levi Boucault 

9782709656269-001-x

 

Hervé Le Tellier est un écrivain, membre de l’OuLiPo. Il est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages, dont Moi et François Mitterrand paru en mars 2016 (Lattès).


Dans Le Voleur de nostalgie, roman épistolaire à quatre voix, des nouvelles contenant chacune une recette de pâtes s’intercalent entre les lettres. Quel lien établissez-vous entre nostalgie et nourriture ?

H.L.T: La nostalgie est, dit l’étymologie, le mal du retour. Le mot a fini par signifier aussi la douleur du regret du passé. Nous restons profondément animal dans nos sens, et le souvenir est souvent associé à une odeur, un goût. Ne dit-on pas le « parfum du souvenir » ? Proust, écrivain de la mémoire, ne fait-il pas du goût d’une madeleine le symbole du souvenir qui resurgit du néant ? Rien ne nous ramène plus à l’enfance que le goût d’un plat d’autrefois, que cuisinait notre mère (ou notre père).


Sonates de bar, Le Voleur de nostalgie… L’art culinaire tient une place importante dans votre œuvre. Qu’est-ce, pour vous, « parler de cuisine » ?

H.L.T.: Mes deux premiers textes sont directement liés à ma tenue d’une rubrique culinaire dans l’Événement du Jeudi, journal depuis disparu, et j’ai eu envie de publier ces textes ou de les réutiliser dans un cadre fictionnel plus ample. Intégrer la cuisine dans un texte, c’est faire entrer ce qu’il y a dans le quotidien de plus vivant (avec l’amour, certes). Et puis, parler de cuisine avec un ami, c’est toujours partager un plaisir.


Vous faites partie de l’OuLiPo (Ouvroir de Littérature Potentielle), groupe dont les auteurs se fixent une contrainte qui va répondre au sens qu’ils entendent donner à leur texte. Quelle analogie y a-t-il entre une recette de cuisine et cette écriture sous contrainte(s) ?

H.L.T.: La recette est une série de consignes pour parvenir à un résultat (pas toujours conforme aux espérances). La contrainte est plus multiple en littérature. Ce peut être une forme – le sonnet, le haïku, etc -, une consigne – le lipogramme, l’épigramme, etc. -, une procédure – le S plus 7 -… L’important est que ce soit un partage, une transmission, une création, et qu’il y ait aussi la liberté de s’en écarter.

Propos recueillis par Morgane CUOC
À retrouver dans votre Superflu n°4

Laisser un commentaire